Écrire la magie

Jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15, à Liège, se tenait un colloque sur “Écrire la magie” (voir pour le programme : http://www2.ulg.ac.be/facphl/services/cedopal/pages/ecriremagie.htm), un colloque très bien organisé et fort intéressant. Si les Papyrus magiques grecs furent l’objet de plusieurs communications, d’autres textes anciens ont été abordés : livre des morts égyptiens, textes médicaux grecs et latins, textes akkadiens, écrits coptes, écrits chrétiens. Il fut plusieurs fois question de la place de l’image et du rapport entre oral et écrit. Quel est le statut de l’écrit ? S’agit-il d’un simple conservatoire de traditions anciennes ? Ou bien son rôle est-il plus important ? Ces questions ne concernent pas seulement les écrits “magiques” mais aussi un certain nombre d’autres écrits qui transmettent des rituels ou des révélations. Je pense en particulier aux écrits des codices découverts près de Nag Hammadi. Quel est le statut de certains d’entre eux ? Quelle est la fonction de ces écrits ? Pour plusieurs, considérer que l’écrit ne fait que transmettre une révélation paraît être réducteur. La réponse à ces questions dépend de ce que l’on peut savoir du milieu producteur, du milieu qui reçoit l’écrit et de la manière dont ces écrits peuvent être lus ; à ce sujet, les données sont souvent hypothétiques.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search