René Guénon et la gnose

Permettez-moi de signaler le colloque qui se tiendra le 7 février au CNRS-Site Pouchet (59-31 rue Pouchet, 75017 Paris) sur « Franc-maçonnerie et religion en France, au XXe siècle ».

À priori, aucun rapport avec la gnose et surtout les textes gnostiques antiques ! Et pourtant…

Jean-Pierre Brach (École Pratique des Hautes Études, CNRS-LEM) va parler sur « Ésotérisme, gnosticisme et franc-maçonnerie dans l’oeuvre de jeunesse de René Guénon (« Palingénius »; 1909-1912) ». Rappelons que ce même Réné Guénon, beaucoup plus tard (en 1958), rend compte de la découverte des codices de Nag Hammadi, considérant que cette découverte, aussi intéressante soit-elle, ne bouleverse pas tant ce que l’on sait déjà, pour lui, des gnostiques. Il pourrait être intéressant d’aller écouter Jean-Pierre Brach, en ayant en tête les pages de Jérôme Rousse-Lacordaire sur « Les ‘Nouvelles révélations gnostiques’: une non-réception guénonienne », dans Mahé, J.-P. – Poirier, P.-H. – Scopello, M. (ed.), Les Textes de Nag Hammadi : histoire des religions et approches contemporaines. Actes du colloque international réuni les 11 et 12 décembre 2008 à la fondation Simone et Cino del Duca et à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres (Palais de l’Institut de France), Paris, AIBL – Diffusion De Boccard, 2010, p. 123-142.

Il pourrait être intéressant, pour les spécialistes des écrits antiques, de connaître la manière dont une partie des penseurs modernes ont reçu et perçu les écrits gnostiques.

Toutes les indications pour le colloque (lieu et programme) se trouvent dans le fichier joint.

 


Vous aimerez aussi...