Un nouvel évangile ?

La semaine dernière, du 17 au 22 septembre, à Rome eut lieu le colloque international des études coptes. Selon la formule habituelle, plusieurs journées ont été introduites par des rapports d’activités sur plusieurs thématiques (comme « études gnostiques et manichéennes », « art », « papyrologie », pour n’en citer que quelques-uns), témoignant d’une recherche toujours vivante.

Parmi les nombreuses communications, nous ne retiendrons ici que celle de Karen King « A New Coptic Gospel Fragment », le mardi 18 septembre. Karen King présenta un nouveau fragment où il serait question de la femme de Jésus.

Lors de sa communication, Karen King a été dans l’impossibilité, pour des raisons informatiques, de montrer une photo du fragment. Les participants à cette conférence n’ont donc eu sous les yeux uniquement une transcription et une traduction anglaise, la même que l’on trouve sur le site de l’Université d’Harvard. Le propos de Karen King a essentiellement porté sur un commentaire théologique, résumé de ce que l’on trouve dans son article publié sur le site de l’université d’Harvard.

Dès la fin de la conférence et le lendemain, les discussions sont allées de bon train sur le fragment. Entre temps, les participants avaient pu en voir une photo sur le site de l’Université d’Harvard. Le sentiment général (selon ce que j’ai perçu), un sentiment que je partage, est d’un certain « mal à l’aise » ; en effet, avant même que la conférence ait eu lieu, la photo du manuscrit, la transcription et la traduction ont été publiées dans le New York Times et sur le site d’Harvard (puis dès le lendemain sur Le Monde ). Cette publication donnait au fragment une publicité importante, avant même que les chercheurs n’aient été largement mis au courant de ce fragment et n’aient commencé à l’étudier. Or, je ne suis pas sûre que cela facilite la recherche, car une telle pratique risque de la parasiter par des questions autres.

 Au-delà de ces pratiques, la première question posée est celle de l’authenticité. Plusieurs des chercheurs avec qui j’ai eu l’occasion de discuter trouvent étonnant le fait que ce soit ce fragment justement, avec en plein milieu la phrase « Jésus leur dit : ma femme », qui a été trouvé. Le verdict d’Alin Suciu est sans appel : il s’agit d’un faux. Une étude ultérieure devrait confirmer ou infirmer cette opinion, peut-être une étude de l’encre (composition, datation). En tout les cas, il nous semble nécessaire de se pencher rapidement sur cette question de l’authenticité du fragment avant toute étude ultérieure sur son contenu.

Des chercheurs s’interrogent aussi sur le bord supérieur du fragment. En effet, quand on observe la photo publiée sur le site d’Harvard,  la coupure est assez régulière et peut laisser perplexe.

L’écriture pose question également. Elle ne ressemble en rien, selon les spécialistes qui se sont exprimés dans les couloirs du colloque, à une écriture d’un codex littéraire. Il s’agirait plus d’une écriture documentaire.

D’autres hypothèses, supposant que le fragment est authentique, seraient qu’il s’agit d’un fragment d’un texte magique ou d’une homélie tardive.

Seule une recherche fine, interactive, permettra d’apporter des réponses plus sûres.

A côté de ces aspects scientifiques, il est intéressant de voir comment les médias et internet ont été utilisés. Voir les réflexions critiques de Claire Clivaz ici.

 

 


Vous aimerez aussi...