Qui sont les gnostiques ?

Qui sont les gnostiques ? Plusieurs ouvrages de présentation sont déjà parus, notamment en français (M. Scopello, Les Gnostiques, 1991) et en allemand (C. Markschies, Die Gnosis, 2001, ouvrage qui en est à sa troisième édition en 2010 ; il a également été traduit en anglais). En 2010, D. Brakke en fait paraître un nouveau : The Gnostics. Myth, Ritual, and Diversity in Early Christianity (Harvard University Press). La différence avec les précédents est que le terme « gnostique » est considéré dans un sens restreint. Suite au débat sur l’usage de la catégorie gnostique (voir les ouvrages de Michael Williams et de Karen King), D. Brakke choisit de garder cette catégorie. Mais, il considère que cette catégorie doit être avant tout sociale ; il reproche en effet à ses collègues de ne pas distinguer entre des catégories d’interprétation et des catégories sociales.

Le choix d’un usage social de la catégorie gnostique le conduit à déterminer qui les Anciens appelaient gnostiques (il se réfère au témoignage d’Irénée de Lyon et Porphyre). Il en ressort que les  valentiniens en particulier ne peuvent être qualifiés de gnostiques et que seule une petite partie des textes découverts près de Nag Hammadi peut être attribuée aux gnostiques : Le Livre des secrets de Jean, Zostrien, Allogène, auxquels est ajouté L’Evangile de Judas. Seuls ces textes, plus quelques autres qui reflètent le mythe gnostique tel qu’il apparaît dans les ouvrages précédemment cités, sont analysés dans la suite de l’ouvrage. Cette position change la manière d’aborder les gnostiques des IIe-IIIe siècles et relance le débat sur la catégorie « gnostique ». Quoi que l’on puisse penser du sens restreint donné au terme « gnostique », cet ouvrage attire à juste titre l’attention des chercheurs sur l’usage qu’ils font des catégories qu’ils ont forgées ou qu’ils ont repris aux Anciens.


Vous aimerez aussi...