Hermetica

Dans un précédent billet, j’annonçais la tenue d’un colloque sur le Corpus hermeticum. Ce dernier vient donc d’avoir lieu à Princeton vendredi et samedi derniers.

C’était mon premier séjour aux États-Unis et à Princeton. Quelle ville ! et surtout quel campus ! un bonheur, ce calme qui invite à l’étude et à la méditation, et cette bibliothèque où tous les livres ne demandent qu’à être lus, même le dimanche !!

Le colloque lui-même fut passionnant, avec des communications très diverses, se complétant très bien les unes les autres. Kevin van Bladel nous a donné un aperçu des textes hermétiques arabes, écrits qui sont surtout astrologiques ; il s’agit d’un domaine encore largement inexploré, qui nécessite un long travail d’édition, peu de textes ayant déjà fait l’objet d’une édition. Jørgen Podemann Sørensen a proposé une nouvelle interprétation du titre Kore Kosmou, en le reliant à la structure du texte et en insistant sur l’ancrage égyptien de ce texte. Passionnant ! Christian Bull a parlé de la progression rituelle, avec l’accent sur la renaissance et la vision. Alex Kocar a récapitulé les témoignages hermétiques chez les chrétiens, insistant sur le fait que le Corpus hermeticum était tardif (époque médiévale) et qu’il fallait être prudent dans son emploi pour la reconstitution d’un système ou d’une progression rituelle hermétique dans laquelle chacun de ces écrits s’intégrerait. Un utile rappel à l’ordre, qui ne doit cependant pas reléguer dans l’ombre l’hypothèse d’une progression rituelle (qui pourrait varier d’un groupe hermétique à l’autre). La conférence de Christian Wildberg, l’organisateur du colloque, a été seule qui a le plus bousculé les questionnements. Il s’est penché sur le traité III, très court, avec un regard philologique pointu : il relève plusieurs incohérences grammaticales, et celles-ci s’expliqueraient par le fait qu’un copiste aurait intégré dans le corps même du texte des notes marginales ; le texte “originel” serait plus court d’au moins de moitié ! Cela reste une hypothèse, qui repose certes sur une étude approfondie du grec, mais qu’il est difficile de prouver plus pour le moment. Quoi qu’il en soit, cette hypothèse, très suggestive, nous invite une nouvelle fois à la prudence et jette un regard nouveau sur ces textes et leur transmission. À prendre en compte dans une nouvelle édition, dont David Porreca nous a parlé en dernier. Avant lui, Brian Copenhaver est intervenu avec une présentation de ce que Vico disait d’Hermès Trismégiste, en particulier son concept “poetic character”, un concept qui nous semble particulièrement opérant et qui mériterait d’être repris. À voir.

L’intérêt de ce colloque, outre le fait qu’il était entièrement consacré aux écrits hermétiques (ce qui est rare), est que nous étions peu nombreux, que nous avions le temps d’exposer nos thèses (45 minutes) et de les discuter (30 minutes). Nous n’avons pas couru après le temps ; les échanges ont été nombreux, intenses, avec des points de vue parfois très différents, mais dans le respect. Bref, un très bon colloque, à renouveler ! Car il reste encore beaucoup à dire sur les écrits hermétiques.


Vous aimerez aussi...