Réflexions sur Il lato oscuro

La première séance de travail du groupe allemand-italien-français « Il lato oscuro della tarda antichità. Marginalità e integrazione delle correnti esoteriche nella spiritualita filosofica dei secoli II-VI » (2013-2015) s’est tenue à la Villa Vigoni, à Loveno-Menaggio, près de Côme  en Italie du Nord, les 4 et 5 octobre 2013. Cette première rencontre avait pour thème : « Controverse, identité, orthodoxie et hérésie ».

Les deux journées ont été denses (9h-19h) avec des communications dans les langues des intervenants : italien, français, allemand et espagnol. Il n’a donc pas été évident de tout suivre, mais la formule est stimulante, permet à chacun de mieux exprimer ses idées que s’il devait les traduire en une autre langue et, enfin, empêche aucunement des discussions animées et intéressantes.

Le programme est disponible facilement sur le carnet « Les platonismes de l’Antiquité tardive » (voir ici). Je ne vais pas résumer les diverses interventions, mais plutôt partager des réflexions qui ont germé à l’écoute des communications et des discussions qui ont suivi.

1- La question de l’applicabilité de tel ou tel concept, de tel ou tel terme à l’antiquité n’est pas nouvelle. Elle est néanmoins toujours d’actualité. Il ne s’agit pas forcément de récuser tel ou tel usage, mais plutôt d’étudier et d’écrire leur histoire sémantique, de comprendre la construction de significations spécifiques. Le tout afin de voir dans quelle mesure il est possible de les appliquer à l’Antiquité, avec un « usage réglé de l’anachronisme » pour reprendre une expression très juste de Philippe Hoffmann lors de ces discussions. En ce sens, la communication de Chiara Tommasi Ombretti, « Esoterismo tardoantico: premesse metodologiche e alcuni spunti » était passionnante. Elle étudia l’histoire de l’usage du terme « ésotérisme » depuis le XIXe siècle, incitant à relire des auteurs de cette époque, oubliés ou peu exploités et pourtant stimulants.

2- Plusieurs interventions ont montré tout l’intérêt qu’il y à faire jouer sur une même partition (pardonnez l’expression) différents corpus. Souvent, cela est dû à la séparation des disciplines et à la « répartition » des corpus selon ces disciplines. Il est vrai que le contenu très différent entre certains corpus laisse penser que les auteurs respectifs évoluaient dans des univers très différents. Cela a pu être vrai pour certains auteurs. Néanmoins, des rapprochements sont parfois possibles et prometteurs. Ainsi entre des pratiques divinatoires attestées par des papyrus magiques et certaines doctrines philosophiques.

3- Régulièrement au cours des deux journées, il a été mis en évidence combien il était utile et nécessaire de revenir sur la signification de certains termes et sur la pertinence de certaines traductions modernes. La question se pose en particulier pour des expressions utilisées en contexte chrétien : et si au lieu d’une traduction qui repose sur toute une tradition chrétienne postérieure, on proposait une traduction qui se fonde plutôt sur des traditions philosophiques contemporaines ? Ainsi pour les verbes σώζειν et ἀπόλλυμι par exemple. Une attention philologique est toujours utile.

4- Plusieurs interventions ont également évoqué l’intérêt de s’intéresser à des questions rhétoriques et littéraires. L’étude des idées est passionnante, ainsi que celle des controverses doctrinales. Cependant, il ne faut pas oublier non plus l’aspect rhétorique de certaines expositions doctrinales. Prendre en compte cette dimension permettrait d’approfondir la compréhension de tel ou tel document, de telle ou telle argumentation.

5- Je terminerai en disant combien ces deux journées ont été fructueuses en permettant de faire dialoguer des spécialistes relevant de disciplines différentes, le tout dans une ambiance très détendue, ouverte et dans un cadre magnifique (la Villa Vigoni et son jardin sont très propices au travail). Un tel dialogue est nécessaire et doit se poursuivre dans le travail de chacun, par la lecture et la connaissance d’ouvrages relevant des autres disciplines et champs de recherche. D’où l’intérêt que représente la base de données que Luciana Soares (Institut d’études avancées, Nantes) est en train de mettre en place (voir ici) pour tisser des liens entre platonisme de la fin de l’Antiquité, les écrits gnostiques, hermétiques et les oracles chaldaïques.

 

 


Vous aimerez aussi...