8e Conférence internationale des études manichéennes

À Londres, du lundi 9 septembre au vendredi 13 septembre, s’est tenue la 8e conférence internationale des études manichéennes. Les participants sont bien moins nombreux que ceux des conférences internationales des études coptes, ce qui ne nécessite pas d’organiser des sessions en parallèle. Ainsi, les spécialités et les domaines de compétences se mélangent plus facilement : copte, sogdien, chinois, moyen perse ; études doctrinales, codicologiques, linguistiques, architecturales… La confrontation de toutes ces compétences favorise des discussions passionnées qui apportent de nouvelles pistes de recherche. Elle témoigne une nouvelle fois que malgré les différences linguistiques et chronologiques, l’étude des Kephalaia coptes a tout à gagner à regarder du côté du manichéisme de Turfan et des nombreux textes retrouvés dans cette oasis.

Parmi les nombreuses contributions, notons celle de Paul Dilley, qui a fourni les premiers éléments d’une comparaison entre les Kephalaia de Berlin et ceux de Dublin, notamment quant à leur genre ; ceci annonce une édition à venir des Kephalaia de Dublin sous la houlette de Sam Lieu. Il y avait également celle de Zsuzsanna Gulasci sur le sceau représentant Mani et conservé au Cabinet des Médailles à Paris : il s’agirait du sceau de Mani lui-même ; la démonstration était très bien argumentée et a emportée mon adhésion !

Des actes devraient paraître de ces journées et permettre à un public plus large d’avoir accès à ces contributions.


Vous aimerez aussi...