Hermagnos

Le carnet de recherches concerne trois courants religieux de la fin de l’Antiquité, les hermétistes, les gnostiques
et les manichéens, dans le but de contribuer l’étude de la diversité religieuse dans l’Empire romain durant les
quatre premiers siècles de l’ère chrétienne, en s’interrogeant sur la définition et la formation d’identités
religieuses, les contacts entre celles-ci et leur insertion dans le paysage religieux et culturel de leur époque. Ces
trois courants sont différents, mais ils ne sont pas sans lien entre eux. Leur étude simultanée constituerait une
contribution à l’histoire culturelle et à l’histoire des religions de l’Empire romain durant les quatre premiers
siècles de l’ère chrétienne. Gnostiques et manichéens se sont propagés, les premiers à partir de l’Égypte, les
seconds à partir de l’Iran, dans tout l’Empire romain. Il est plus difficile de préciser le milieu d’origine des
hermétistes, à part l’Égypte. L’étude historique de ces trois courants est relativement récente. Pendant
longtemps, les gnostiques ont été considérés en marge de l’histoire du christianisme, et leur étude était
empreinte de perspectives hérésiologiques – lesquelles n’ont pas encore totalement disparu à l’heure actuelle ;
il en allait un peu de même pour les manichéens. Quant au courant hermétiste, l’existence d’un tel milieu a été
mise en doute, ainsi que la réalité d’une voie d’Hermès avec des pratiques rituelles. Dans tous ces domaines,
des études récentes et la découverte de nouveaux documents relancent l’intérêt de leur étude. L’étude se fonde
sur un corpus large et multilingue (essentiellement grec, copte et latin), qui comprend aussi bien des textes
doctrinaux, philosophiques que des textes documentaires, sans négliger les apports des découvertes
archéologiques, notamment pour les manichéens, l’ensemble de ces sources s’échelonnant entre le Ier siècle et
le IVe siècle après Jésus-Christ. Une grande partie de ce corpus est connue depuis peu par la communauté
scientifique : la bibliothèque de Nag Hammadi découverte en 1945 et traduite dans le courant des années 1970,
au moins en anglais ; les documents manichéens de Kellis (Oasis de Dachla, en Égypte) découverts à la fin des
années 1980 et au début des années 1990, et édités en partie seulement, à ce jour. À partir de ce corpus large
et multilingue, il s’agit d’une part, de mettre l’accent sur les doctrines, les croyances religieuses et les pratiques
rituelles ; d’autre part, de s’intéresser à l’intégration sociale de ces courants religieux.


Vous aimerez aussi...